Question 10 : La qualité de l’air sera-t-elle impactée par les activités du site de Muret ?

La mise en œuvre des activités de la société CHIMIREC SOCODELI sur cette zone ne sera pas à l’origine d’une dégradation de l’air ambiant.

Les sources de rejets atmosphériques seront associées au trafic routier de véhicules légers et de poids-lourds, aux opérations de déconditionnement et de déchiquetage des emballages.
Dans le cas du déconditionnement et du déchiquetage, les émissions seront canalisées et seront donc aisément quantifiables et comparables aux valeurs limites imposées dans l’arrêté préfectoral une fois le site en fonctionnement.

D’ailleurs, CHIMIREC SOCODELI se propose de réaliser une étude de caractérisation des émissions atmosphériques depuis ses sources fixes et diffuses. Le traitement des émissions sera mis en œuvre en fonction des résultats après validation par les services de l’Etat. En amont du démarrage de ses activités, CHIMIREC SOCODELI réalisera une mesure témoin de la qualité de l’air dans l’environnement du projet.

Concernant les gaz d’échappement associés aux véhicules, ces derniers feront tous l’objet de contrôles réguliers assurant le respect des réglementations en vigueur en termes d’émissions. Rappelons que l’implantation du site de Muret a notamment pour objectif de réduire les distances parcourues par les poids-lourds entre l’agglomération toulousaine et le site actuel de Carcassonne.